Nous n’avons plus le choix, avec la droite et le centre, en avant toute !

J’ai pris acte, comme beaucoup d’entre vous, de la nomination d’Edouard Philippe, au poste de Premier Ministre et de la volonté exprimée du nouveau Président de rassembler, compte-tenu de ce qui a eu lieu au 1er, puis au 2nd tour des élections présidentielles. Cette ouverture s’imposait, mais ce n’est en rien une recomposition de la scène politique.

Ne nous y trompons pas, la feuille de route de ce nouveau Premier Ministre ne sera pas celle du programme de ma famille politique, celle de la droite et du centre, que j’ai soutenu et que je soutiendrais aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains comme candidate dans la 3ème circonscription de Moselle. Edouard Philippe n’a pas été nommé pour défendre notre programme mais bien pour défendre celui du Président.

Comme beaucoup, je suis d’avis que notre pays avait surtout besoin du programme ambitieux de la droite et du centre. Plus réformateur, plus centré sur les familles, qui taillait franchement dans les dépenses publiques inutiles, et dans l’hyper administration et fiscalité. On comprend clairement l’objectif du nouveau Président, mais cela doit se faire à nos conditions, avec notre tempo. Un tempo plus rapide, et une franche détermination.

Nous n’avons pas le temps de dépenser notre énergie à râler. On va retrousser nos manches. Et, puisqu’il le souhaite, donnons lui une véritable politique de droite aux prochaines élections. Faisons en sorte que le 18 juin prochain, ce soit notre famille qui soit en tête. Le but est d’avoir des députés renouvelés, qui soit ancrés pleinement dans la société civile, qui soient prêts à déplacer des montagnes et clairement engagés dans la nouvelle bataille qui s’annonce : le redressement et la réforme de notre pays. Nous n’avons plus le choix.

Partager sur :